Site menu:

Categories

Site search

Recent Posts

Le Labyrinthe Géant des 7 Vallées ne réouvrira plus ses portes!

Sur ce site internet, nous avons relaté la genèse du Labyrinthe Géant des 7 Vallées et son attrait touristique et culturel pour une commune de la taille de Buire-le-Sec.

Au cours de la récente campagne municipale, l’ancien Maire, Gilbert Legrand, avait dénoncé la fermeture programmée du labyrinthe végétal que le maire actuel, Bernard Gillarès, tentait de dissimuler.

Une 1ère réunion du nouveau Conseil Municipal récemment installé s’est tenue ce vendredi 28 mars 2008. L’un des points à l’ordre du jour: la dénonciation du bail régissant les rapports entre la Commune et le Labyrinthe concernant l’occupation du terrain communal par ce dernier.

Les exploitants du labyrinthe ont rencontré le Maire actuel le 12/12/2007 pour lui faire part de leur souhait d’arrêter leur activité et de stopper le bail au 31/12/2007.

A aucun moment depuis cette date, le conseil municipal n’avait été informé de cette décision, le maire actuel ne voulant pas que cette nouvelle interfère dans sa campagne électorale.

Pourquoi les exploitants du labyrinthe ont-il souhaité mettre fin à leur activité?

La société qui exploite le labyrinthe n’a jamais pu réaliser les aménagements nécessaires lui permettant de développer le site. Comme le prouve la Convention signée le 13 mars 2001 entre les exploitants du labyrinthe, Gilbert Legrand, Maire et Gérard Lejosne, Président de la Communauté de Communes, une clause stipulait que le labyrinthe pouvait se porter acquéreur du terrain communal à l’issu d’une période de location de 2 ans. 

Dès sa prise en fonction en mars 2001, Bernard Gillarès a dénoncé la convention du 13/03/2001 pour en modifier les termes. Il sera alors impossible pour la société gérante du labyrinthe d’acquérir le terrain.

Dans ces conditions, il n’était pas possible pour la société de faire des réalisations sur un terrain ne lui appartenant pas. 

Que va devenir la réserve foncière communale occupée par le labyrinthe?

Ce terrain va redevenir une terre agricole cultivable dès cette année. Curieusement, le nom de l’exploitant agricole qui va utiliser le terrain communal n’a pas été dévoilé au cours de la réunion de conseil municipal en date du 28/03/2008. Le nouvel occupant des lieux serait-il un conseiller municipal colistier du maire?

Le bail signé en avril 2001 était-il plus intéressant financièrement pour la commune que celui signé en mars 2001? 

Avec la convention signée le 13 mars 2001, il était convenu que la société exploitant le labyrinthe loue le terrain communal durant 2 ans pour un montant de 13 500 €/an (70 000 F) avec possibilité de vente pour un montant de 150 000 € (1 000 000 F) au bout des 2 ans.

Le labyrinthe aurait donc du rapporté à la Commune, à l’issu de la 2ème année d’exploitation, la somme totale de 172 000€ (1 124 000 F).

La Convention signée par la majorité sortante, excluant la vente, n’a dégagé que 90 000 €  (590 000 F) de location au bout de 7 années d’activité.

Avec la disparition du labyrinthe, la commune a donc perdu 82 000 € (538 000 F)  

Si la commune présentait en 2001″des trous dans la coque du navire municipal” comme le prétendait le maire actuel dans un tract ordurier distribué à la veille du 2nd tour des élections municipales de 2008, pourquoi avoir privé le budget communal d’une telle somme? D’autant plus qu’il n’y a eu aucun autre projet d’installation touristique ou industrielle sur cette réserve foncière depuis 2001.

Avec la disparition du musée des marionnettes en 2003, la commune perd une nouvelle fois une activité touristique qui attirait chaque année plusieurs dizaines de milliers de visiteurs.

Outre la perte financière va s’ajouter une perte en matière de retombé touristique et d’image qui espérons le ne portera pas atteinte à la Cité des artisans, désormais unique attraction touristique de la commune.

Write a comment